P A R O L E S  DE  P E I N T R E

 

LA MÉMOIRE QUI TRANCHE

 

Quel est votre démon?

 

Savoir que je ne veux pas vivre.

 

 

Le combat dont vous êtes le plus fier ?

 

Être toujours resté libre et suffisamment

en curiosité pour ne pas me répéter.

 

 

Ce que vous retenez de votre éducation ?

 

Ne pas en avoir. Personne n'a eu de projet pour moi.

J'ai été une plante sauvage qui a réussi à pousser

entre deux pavés secs.

Ma grande chance et ma grande douleur.

 

 

Au quotidien ce qui vous révolte le plus ?

 

Cette époque de "concensure", pire que la censure et l'autocensure.

On régresse, on étouffe, mais c'est très doux.

C'est le danger des médias actuels. Le populisme.

 

 

Dernièrement, qu'est-ce qui vous a véritablement étonné ?

 

L'élection de Macron. Comme si la secte 

d'un évangéliste Américain s'était glissée en France.

 

 

Adolescent, votre héros ?

 

Comme j'étais peintre et que je n'aime pas les gagnants,

c'était Van Gogh, qui s'est tiré une balle dans l'estomac en écrivant:

" Je suis un raté "

 

 

L'illusion dont vous vous bercez ?

 

Que c'était peut-être important d'être vivant et d'être moi.

 

 

Serge REZVANI

sources: Philosophie magazine n°119 mai 2018