17 juillet 2009

René CHAR

Il faut intarissablement se passionner, en dépit d'équivoques découragements et si minimes que soient les réparations.Épreuves qui montrez aberrantes la récompense.J'aime l'homme incertain de ses fins comme l'est, en avril, l'arbre fruitier.AUBÉPINELa faveur des étoilesest de nous inviter à parler,de nous montrer que nous nesommes pas seuls, que l'aurorea un toit et mon feu tes deux mains. René CHAR. Recherche de la base et du sommet. (Édition Gallimard)
Posté par belvedere à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2009

al-Mutanabbï

Abreuve-nous de ta beauté tant qu'il est temps; la beauté   des visages est éphémère.Viens ! Soyons unis l'un à l'autre en ce monde où notre    séjour est trop court !Nulle part en ce monde je ne puis demeurer. Et à peine   arrêté, je repars !J'ai traversé les déserts ici-bas, y épuisant mes montures de    l'aube jusqu'à la nuit.Sa patrie est là où l'homme se trouve bien et les vrais amis   sont sa seule parenté. al-Mutanabbï (Ahmad Abü al-Husayn Abü Tayyib) 915-965
Posté par belvedere à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juin 2009

Omar Khayyâm (1047-1122)

Boire frais et vivre à l'aise                               sans souci telle est ma loi;Ni dévotion ni blasphème,                               liberté, telle est ma foi.Quel présent veux-tu de moi                               pour gage?... [Lire la suite]
Posté par belvedere à 22:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 février 2009

LA BOETIE ( Discours de la servitude volontaire)

"Or ce tyran seul, il n'est pas besoin de le combattre, ni de l'abattre. Il est défait de lui-même, pourvu que le pays ne consente point à sa servitude. Il ne s'agit pas de lui ôter quelque chose, mais de ne rien lui donner. Pas besoin que le pays se mette en peine de faire rien pour soi, pourvu qu'il ne fasse rien contre soi. Ce sont donc les peuples eux-mêmes qui se laissent ou plûtot qui se font malmener, puisqu'ils en seraient quittes en cessant de servir. C'est le peuple qui s'asservit et qui se coupe la gorge; qui, pouvant... [Lire la suite]
Posté par belvedere à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 janvier 2009

Khalil Gibran

" Si vous chantez la beauté bien que seul au coeur du désert, vous aurez un public."" Ils trempent leurs plumes dans nos coeurs et ils croient qu'ils sont inspirés."" L'inspiration chantera toujours; l'inspiration n'explique jamais."Khalil Gibran ( Poète Libanais, 1883-1931)
Posté par belvedere à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2008

LUDOVIC JANVIER

La chance de ta vie aura étéd'avoir pu direque la chance de ta vie aura étéd'avoir pu dire
Posté par belvedere à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2008

Khalil GIBRAN (1883-1931)

"LE SAVOIR ÉLÈVE CEUX QUI NE POSSÈDENT RIEN"     Khalil Gibran
Posté par belvedere à 09:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 avril 2008

Aimé Césaire ( 1913 - 2008 )

    Une civilisation qui s'avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente.     Une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte.     Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde. Discours sur le Colonialisme (1950), Aimé Césaire, éd. Présence africaine, 1989 (ISBN 2-7087-0531-8), p. 7
Posté par belvedere à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2008

LUDOVIC JANVIER

J'étais parti pour l'oubli de toien bordure de mer comme on jettela saison avec l'eau du jourta clarté m'a pris pour voyagece qu'il y a dans tes yeux je l'espère encoreet depuis comment je te porteje te porte en cherchant ton visageà peine il est là qu'il repartet depuis comment je te parleje te parle en souriant au rienfaute de toi qui m'entoures en silenceLudovic Janvier ( une poignée de monde, ed Gallimard)
Posté par belvedere à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2008

SAINT-JOHN PERSE

"... Au vrai, toute création de l'esprit est d'abord " poétique" au sens propre du mot; et dans l'équivalence des formes sensibles et spirituelles, une même fonction s'exerce initialement, pour l'entreprise du savant et pour celle du poète. De la pensée discursive ou de l'elipse poétique, qui va plus loin, et de plus loin? Et de cette nuit originelle où tâtonnent deux aveugles-nés, l'un équipé de l'outillage scientifique, l'autre assisté des seules fulgurations de l'intuition, qui donc plus tôt remonte, et plus chargé... [Lire la suite]
Posté par belvedere à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]