01 février 2011

Georges BERNANOS

"L'homme moderne est un halluciné. L'hallucination a remplacé la croyance.L'homme moderne est un angoissé. L'angoisse s'est substitué à la foi.Tous ces gens là se disent réalistes, pratiques, matérialistes, enragésà conquérir les biens de ce monde, et nous sommes très loin de soupçonnerla nature du mal qui les ronge, car nous n'observons que leur activité délirante,sans penser qu'elle est précisément la forme dégradée, avilie, de leur angoisse métaphysique. Ils ont l'air de courir après la fortune, mais ce n'est pas aprèsla fortune... [Lire la suite]
Posté par belvedere à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 janvier 2011

René CHAR

" Dans nos ténèbres, il n'y a pas une place pour la beauté.Toute la place est pour la beauté." René CHAR
Posté par belvedere à 14:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2010

Georges BERNANOS

" Un jour, on plongera dans la ruine du jour au lendemain des familles entières parce qu'à des milliers de kilomètres pourra être produite la même chosepour deux centimes de moins à la tonne."Georges Bernanos. "La France contre les robots"  Édition Le Castor Astral. Un texte écrit en 1939/40  au Brésil quand Bernanos et sa famille avait choisi de quitter la France.Il semblerait que ce jour dont parle G Bernanos soit désormais arrivé pour beaucoup de famille en France !...
Posté par belvedere à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 octobre 2010

Georges BERNANOS

"...Il faut beaucoup de prodigues pour faire un peuple généreux,beaucoup d'indisciplinés pour faire un peuple libre,et beaucoup de jeunes fous pour faire un peuple héroïque...""...C'est la fièvre de la jeunesse qui maintient le reste du monde à la température normale.Quand la jeunesse se refroidit,le reste du monde claque des dents..."Georges Bernanos ( Les enfants humiliés)Journal 39/40  Éditions Folio
Posté par belvedere à 14:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 septembre 2010

Philippe Muray : l'art dit contemporain

 Il n'est pratiquement plus nécessaire, au stade où nous en somme arrivés, d'attaquer l'art dit contemporain etles prétendus artistes qui, par leur désoeuvrement,leur nombre et leur aigreur, lui fournissent encorece qu'ils croient être un semblant d'existence.Ceux-ci, désormais se détruisent d'eux-mêmesen avouant leur soumission à l'ordre du néomondecomme activité supérieure à celle d'artiste(sans doute aussi celle-là est-elle plus rentable que celle-ci)et ils pourraient tous, à quelle que "discipline"qu'ils... [Lire la suite]
Posté par belvedere à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2010

Le travail, la lecture selon Kafka

" Le travail comme joie, inaccessible aux psychologues. "Franz KAFKA Kafka, dans une lettre à son ami Oskar Pollak (en janvier 1904) explique : « Un livre doit être la hache qui fend la mer gelée en nous ; voilà ce que je crois ». « Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? »
Posté par belvedere à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2010

"Homo Festivus"

"Comme il* est, par infortune, le plus mimétique des imitateurs, on se demande aussi sur quoi il va encore bien pouvoir trouver à copier pour croire qu'il crée." *: Homo festivus dans après l'histoire de Philippe Muray Difficile de ne pas transposer cette définition de l'homo festivus de Philippe Muray au profil de l'artiste d'aujourd'hui, en y ajoutant tout ce galimatias d'artistes amateurs qui se gardent bien de respecter la règle inhérente à toute forme d' art !...
Posté par belvedere à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 août 2010

Georges Bernanos

" Loin de penser, comme nous, à faire de l'État son nourricier,son tuteur, son assureur, l'homme d'autrefois n'était pas loinde le considérer comme un adversaire contre lequel n'importequel moyen de défense est bon, parce qu'il triche toujours.C'est pourquoi les privilèges ne froissaient nullementson sens de la justice; il les considérait comme autant d'obstacles à la tyrannie, et, si humble que fût le sien,il le tenait - non sans raison d'ailleurs - pour solidairedes plus grands, des plus illustres. Je sais parfaitementque ce... [Lire la suite]
Posté par belvedere à 12:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 août 2010

Georges Bernanos

"Nous savons que, un certain point dépassé, chaque nouvelle usurpation de la techniquese paie d'un accroissement du pouvoir de l'État,de la perte d'une liberté." (Texte de Bernanos, 1942)
Posté par belvedere à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 juillet 2010

De l'époque qui commence (Philippe Muray)

De l'époque qui commence     Un spectre hante la société actuelle: celui d'une critique à laquelle elle n'aurait pas pensé. Dans le but de se protéger de cette menace, elle ne cesse de sécréter ses propres contestataires et les pousse en avant: objecteurs de substitution,rebelles de remplacement, succédanés de perturbateurs, ersatz de subversifs, séditieux de synthèse, agitateurs honoraires, émeutiers postiches, vociférateurs de rechange, révoltés semi-officiels, provocateurs modérantistes, leveurs de tabous... [Lire la suite]
Posté par belvedere à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,